Qu'est-ce que Le jeûnE?

        Lors d’un jeûne, le corps n’use plus d’énergie dans l’assimilation des aliments (la digestion), mais l’investit entièrement dans la mise à jour de toutes ses fonctions biologiques. L’organisme se répare.

             

        Notre métabolisme est ainsi rééquilibré par ce repos, cet arrêt de surmenage, de surconsommation, et de pollution environnementale.

Le processus est étonnant : l’organisme orchestre lui-même sa détoxination ; il suffit de cesser de s’alimenter, le corps fait le reste. Tous les organismes vivants ont la capacité de se détoxiquer en jeûnant (de nombreux animaux le pratiquent) : notre biologie est mieux adaptée au manque qu’à l’excès !

 

        Les micronutriments (minéraux, fibres, vitamines, acides gras oméga-3, enzymes), sont essentiels au bon fonctionnement de notre organisme mais leur apport a, de nos jours, énormément diminué à cause des modes de production alimentaire actuels (agriculture intensive, transformations de l’industrie agro-alimentaire).

 

        Notre organisme est encrassé par des excès alimentaires, un manque d’activité physique, un stress croissant et excessivement toxique, et une augmentation affolante de polluants environnementaux (alimentaires et autres). Ainsi il s’épuise, ralentit ou perturbe ses fonctions avec de nombreux maux à la clé, dont l’hypertension, l’arthrite (ainsi que toutes les maladies inflammatoires), le cancer, le diabète, les ulcères, les maladies des reins, l’anémie, l’acné, les migraines, les troubles digestifs, les troubles dentaires, la fatigue chronique, etc.

 

La stratégie biologique du jeûne :

        En cessant d’apporter des aliments au corps, l’organisme doit développer une nouvelle stratégie pour avoir de l’énergie, car il est en quête continuelle de carburant et de matériaux pour survivre.

 

        Sa stratégie est de se tourner vers ses réserves : il fouille dans tous ses tissus pour y répertorier les lipides, les protéines, les vitamines et les minéraux en réserve qu’il peut utiliser sans se nuire.

Il recense et désintègre ses tissus usés, endommagés ou excédentaires, en recycle les matériaux réutilisables et en élimine les déchets malsains.

Ainsi, lors d’un jeûne, le corps s’affaire intensivement à des tâches de dépollution et de restauration des tissus, afin d’en tirer des nutriments à recycler.

 

        En le privant de nourriture, notre corps est épargné d’un important front d’invasion de toxines (produits chimiques de l’industrie alimentaire, alcool, déchets de la fermentation digestive). Ainsi, au lieu de s’épuiser à lutter contre ces toxines, notre organisme se met à chasser les déchets déjà emmagasinés dans ses tissus, ou à lutter contre des maladies déjà développées.

 

        Ce processus est appelé autolyse : les tissus endommagés, usés ou en excès sont détruits et remplacés par des tissus neufs que l’organisme synthétise lui-même (le corps recycle et se nourrit des composants des tissus usés qu’il autolyse). Ce processus d’autolyse, qui a lieu en temps normal, est nettement accéléré durant le jeûne.

On est tout simplement face à un processus écologique de reconstruction et de rajeunissement biologique.

 

        L’un des buts du jeûne va être d’assainir le terrain en nettoyant les humeurs corporelles (liquides du corps dans lesquels baignent nos cellules : lymphe, sang, liquides intra et extra cellulaires).

On observe une accélération du nettoyage des vaisseaux, des cellules, et du milieu dans lequel elles baignent (milieu interstitiel). Le jeûne est le moyen le plus rapide et le plus efficace pour recréer un milieu sain, riche et dynamisant qui permette aux cellules de retrouver leur vitalité.

Ces cellules, en recherche de nutriments, digèrent et recyclent les mauvais gras, les déchets chimiques, les cristaux d’acide urique. Les toxines non recyclables sont neutralisées puis éliminées.

 

        Lors de ce repos complet du système digestif, les muqueuses digestives se réparent, l’estomac rénove ses parois et ses glandes se nettoient. Les cellules du pancréas et autres glandes digestives sont au repos. Le foie élimine les gras, les calculs et déchets qui l’engorgent. L’intestin se régénère : il élimine ses déchets, rééquilibre sa flore bactérienne et permet une meilleure assimilation des nutriments par le sang. La perte de poids permet au squelette de se soulager, et aux articulations de de porter moins de pression. Elle permet également de baisser le taux de cholestérol, l’hypertension, le diabète, l’insuffisance cardiaque.

L’élimination du surplus de sel soulage le cœur et la circulation en général et entraîne la disparition de l’œdème tissulaire (désengorgement du milieu interne).

En outre, l’organisme en jeûne désagrège les graisses et déchets qui obstruent ou gênent les tissus (dépôts de cholestérol, plaques d’athéromes, infiltrations calcaires, calculs, débris cellulaires), ce qui entraîne une baisse considérable de triglycérides sanguins et du taux de cholestérol.

 

        Le système digestif étant au repos, la flore intestinale va se normaliser, ce qui entraîne une augmentation de l’efficacité du système immunitaire (qui est mis également au repos, en l’absence de nourriture et donc d’antigènes potentiels). Il a été démontré par des chercheurs de l’Université de Californie du Sud que, dès le 3e jour de jeûne, il y avait reconstruction de l’ensemble du système immunitaire par la moelle osseuse. Ainsi, jeûner lance un processus de régénération, en se débarrassant des parties du système immunitaire abîmées et inefficaces et en en créant un nouveau.

 

        C’est également à partir de ce 2-3e jour que les cellules stoppent leur multiplication et mettent en place leur programme de réparation cellulaire, permettant ainsi à nos tissus de rajeunir et de retrouver force et vitalité.

        La personne qui jeûne n’est pas dans un état de carence : elle se nourrit 24h/24 en puisant tous ses nutriments dans ses réserves adipeuses, protéiques, vitaminiques et minérales. Tous les processus physiologiques vitaux de l’organisme se déroulent normalement et sont même optimisés car les tissus détoxiqués et régénérés deviennent plus performants.

 

 

                 Les contre-indications du jeûne :

-la grossesse

-une maigreur extrême, l’anorexie

-la schizophrénie

-les insuffisances graves (rein, foie, cœur)

-l'artériosclérose cérébrale avancée

-l'hyperthyroïdie décompensée

-les affections coronaires avancées

-le décollement de la rétine

-le diabète de type 1 (insulino-dépendant)

-un épuisement trop avancé (dans ce cas, une cure de revitalisation devra être proposé avant toute chose)

-l’épilepsie

-les personnes dépendantes de médicaments de façon profonde (pour jeûner, l’organisme doit être autonome : il doit pouvoir accomplir ses fonctions vitales de survie par lui-même, sans médication)

-la présence d’un stimulateur cardiaque, d’un organe étranger greffé

-les personnes atteintes d’un cancer généralisé

-les personnes atteintes d'ulcère à l'estomac ou au duodénum

-toute toxicomanie (alcool, drogues)

-les personnes en phase avancée de colite ulcéreuse

-les pesonnes atteintes de la maladie d’alzheimer ou de sclérose en plaques

-toute maladie mentale qui induit un manque de contrôle de soi

- toute complication traumatologique

-toute personne atteinte d’une maladie causée par des carences nutritionnelles réelles.

En outre, jeûner en gros état de stress est fortement déconseillé car cela contrecarre toute tentative de relaxation. Il est très peu souhaitable de jeûner à la suite de tout bouleversement émotif important.

 

LE JEÛNE

  • Parking

  • Accès en train facile (gare proche)

  • Accès wifi (mais à utiliser avec parcimonie :-)...)

  • Literie de qualité

  • Nombreuses tisanes bio à disposition

  • Oranges fraîches à disposition pour la fabrication du jus quotidien

  • Lave-linge

  • Fer à repasser

  • Vidéo-projecteur et DVD à disposition

  • Serviettes de toilette fournies

  • Linge de lit fourni

  • Jeux, instruments de musique, bibliothèque

BIBLIOGRAPHIE


Voici quelques ouvrages que je vous conseille vivement de lire avant et/ou pendant votre stage, afin de bien comprendre la notion de jeûne et de vivre au mieux cette expérience:

 

        - Jeûner pour sa santé, de Nicole BOUDREAU, biologiste

 

        - L'art de jeûner, de Françoise WILHELMI-TOLEDO

 

        - Le jeûne, de Gisbert BOLLING

 

        - Ma cure détox de A à Z: les bienfaits du jeûne, de Pierre JUVENETON

 

        - Le jeûne, une nouvelle thérapie, de Thierry DE LESTRADE

 

D'autre part, voici l'extrait d'un super documentaire datant de 2011 et diffusé sur la chaîne Arte:

Pour acheter le dvd ou bien visualiser la vidéo en "vidéo à la demande", veuillez cliquer sur ce lien:

http://boutique.arte.tv/f7314-jeune_nouvelle_therapie

 

 

 

 

        Jeûner est une pratique ancestrale qui consiste à reposer complètement son corps pour corriger l’usure et demeurer énergique. Notre organisme se répare, se guérit et redevient sain.

        Il existe plusieurs types de jeûne:

 

- Le jeûne thérapeutique, long (de 2 à 5 semaines), est pratiqué en clinique ou en hôpital (Suisse, Allemagne, Russie) et est supervisé par une équipe médicale. Ce type de jeûne s'adresse à des personnes  souffrant de pathologies spécifiques. De nombreux états de santé ont ainsi pu être améliorés grâce à ce type de cure.

 

Le jeûne thérapeutique est beaucoup plus pratiqué en Allemagne que partout ailleurs dans le monde (on compte plus de 2 millions de jeûneurs chaque année dans ce pays). Il est d’ailleurs reconnu par le système allemand  et donne droit à une spécialisation médicale ajoutant le jeûne à l’arsenal de soins. De plus, certaines assurances maladie allemandes remboursent les frais liés aux cures de jeûne effectuées dans des cliniques privées ou hôpitaux publics. On y traite notamment l’arthrite et beaucoup d'autres maladies inflammatoires, l'hypertension artérielle, le diabète de type 2, les rhumatismes, les allergies, les migraines, le surpoids, etc.

Le jeûne a montré son efficacité en termes d'action sur les causes des maladies métaboliques, chroniques et fonctionnelles (maladies dites "de civilisation").

        Pratiqué depuis le 19e siècle, le jeûne thérapeutique a été expérimenté avec succès par des médecins pionniers (Dr Isaac Jennings, Dr John Tilden, Dr Russell Trall, puis H. Shelton, Dr Otto Buchinger, Jean Rocan, et quelques autres).

        Dernièrement, les travaux du Dr Valter D. Longo, gérontologue et professeur de biologie spécialisé en biologie cellulaire et en génétique, sur les vertus du jeûne et de la chimiothérapie conjuguées pour combattre le cancer, ont été mis en avant et ont rencontré un vif intérêt.

         Cependant, le corps médical français est encore timide sur ce sujet, même si de plus en plus de médecins le pratiquent et le conseillent, mais encore très peu ouvertement. Malgré de très nombreuses recherches allemandes, russes et américaines et des résultats cliniques édifiants, la France a du mal à intégrer la vision du jeûne dans une approche tant curative que préventive.

Le manque de financement, la suprématie des corporations médicales nationales  et le poids des lobbys pharmaceutiques constituent malheureusement des embûches à une recherche scientifique approfondie et à la pratique du jeûne.

- Le jeûne spirituel, pratiqué depuis des millénaires dans toutes les traditions du monde, est une pratique qui s’est toujours inscrite dans un désir de s’élever, de se rapprocher de « Dieu » (quel que soit le nom qu’on lui donne) et de développer sa force spirituelle.

Cependant, les différentes formes de religion et de spiritualité confèrent au jeûne un sens qui leur est propre et adoptent des pratiques spécifiques à chacune.

Très souvent, le jeûne spirituel est également associé à une restriction de sommeil, de parole, de sexualité, d’activités diverses, afin de développer, à travers une démarche d’intériorité, un autre rapport au quotidien et aux autres (ouverture à l’autre, partage, prière).

       

        Les bienfaits sur la santé ne constituent pas, ici, d’objectif primordial, mais s’inscrit plutôt dans les traditions de façon surtout collective et au service de la vie spirituelle.

        En outre, nous savons que de grands philosophes ont pratiqué le jeûne de façon assidue car ils s’étaient rendu compte que cette pratique leur permettait d’obtenir une clarté de pensée incomparable.

 

- Le jeûne préventif, associé à une activité physique douce (la marche le plus souvent), est réservé aux personnes en bonne santé qui souhaitent prévenir les maux du quotidien, régénérer leur organisme afin d’entretenir leur capital santé, de s'offrir une cure de jouvence cellulaire.

        Ce type de jeûne a une durée moyenne de 6 jours (durée idéale pour obtenir l'ensemble des bienfaits d'un jeûne pour sa santé): ce sont les fameux stages de Jeûne et Randonnée, développés en France par Gisbert Bolling, créateur de la Fédération Française de Jeûne et Randonnée.

        Au départ, la perte de poids peut être une motivation importante, mais elle devient vite secondaire pour la majorité des jeûneurs qui découvrent les bienfaits du jeûne sur leur santé physique et qui réalisent l’enjeu biologique si bénéfique qui se joue dans leur organisme.

        Une cure de jeûne « bien-être » contribue également à entretenir l’envie de prendre soin de soi, à ne pas détruire ce qui a été entrepris lors de cette semaine de stage, mais plutôt d’en prendre soin et d’en profiter pour mettre à jour ses habitudes quotidiennes afin de prolonger cet état de bien-être. 

        Certaines personnes en profitent pour ralentir leur consommation de viande rouge, produits raffinés, café, ou encore arrêter de fumer…

 

        Les résultats du jeûne peuvent être évalués à la toute fin de la période de réalimentation (qui a une durée égale au jeûne), une fois qu’on a pleinement récupéré et repris des forces.

        Au niveau de la pratique, même s’il est possible de réaliser un jeûne seul, je conseille fortement d’effectuer un premier jeûne en centre sous la supervision d'une personne formée et expérimentée dans la pratique du jeûne et dans le fonctionnement du corps, afin d’obtenir toutes les informations essentielles au bon déroulement de la cure. Il est important que la personne comprenne bien les réactions que le jeûne entraîne, qu’elle puisse éviter certaines erreurs et surtout ne pas se faire peur inutilement. En effet, jeûner n’est pas anodin, il se passe beaucoup de choses dans un organisme à jeun, les effets de la détoxination sont plus ou moins importants, différents d'une personne à l'autre et il est important d'être informé, rassuré par rapport à ces réactions tout à fait normales dans un nettoyage en profondeur.

        Une fois que l’on est « rodé », on peut tout à fait partir jeûner en dehors du cadre des stages.

Cependant, il est pour moi très important de jeûner en « milieu neutre », en dehors de son domicile, de son quotidien afin de s’éloigner de ses habitudes nocives, de porter un regard neuf sur soi-même, de prendre du recul sur ses habitudes de vie.

De plus,  la dynamique de groupe de personnes partageant la même démarche est un vrai plus et permet de faire émerger un climat d’encouragement, de soutien et de complicité entre les jeûneurs et, par de nombreuses rencontres, permet d’apprendre et d’échanger autour de sujets très intéressants.

                         L'ALTERNATIVE AU JEÛNE: LA MONODIETE

        Certaines personnes peuvent appréhender le jeûne et ne pas désirer cesser totalement l’alimentation, tout en ayant l’envie de nettoyer leur organisme. Ou bien encore le jeûne peut, dans certain cas, être déconseillé (organisme en manque trop important de force vitale). Dans ces cas, je propose des cures de monodiète.

        L’objectif de ce type de cure est de mettre au repos l’organisme en lui faisant digérer un seul type d’aliment (en quantité libre mais raisonnable), ce qui limite considérablement le travail digestif, permet d'économiser de l'énergie, de nettoyer, drainer et purifier le tube digestif dans son ensemble. 

Grâce aux fibres, on régularise le transit intestinal. De même, par l'absence de graisses, de protéines et de sel, et par cette richesse en fibres, cette cure soulage le foie et les reins (car peu d'acide urique) et facilite l'élimination du mauvais cholestérol.

Ainsi, ici aussi on permet au corps de restaurer ses tissus et dépolluer l’organisme.

        La monodiète agit de la même façon que le jeûne, mais en douceur, sans ou avec peu de réactions curatives.

Pour avoir une idée, voici une comparaison que je trouve très intéressante: pour obtenir un nettoyage de l'organisme similaire, il faudrait 1 semaine de jeûne OU 3 semaines de monodiète OU 3 mois de régime stricte...

Une monodiète peut être à base de pommes, de raisins, de pêches, de carottes, de riz, de bouillons ou soupes de légumes, de jus de légumes (cure Breuss) ou fruits frais, etc., à choisir en fonction de la saison.

Exemple d'une journée en monodiète de pommes: 2 pommes en compote le matin, 3 pommes le midi, 1 pomme pour le goûter, 2 pommes chaudes le soir (1 à 2 kg par jour). 

Chaque monodiète présente une particularité curative. Cette monodiète de pommes a, par exemple, une action sur le foie, le cholestérol, la peau, les articulations, les voies urinaires et les poumons.

BIOLOGIE DU JEÛNE

TEL:

07.84.42.90.90

E-MAIL:

minvielle.zelie@orange.fr

© Jeûne in Landes


 

Pour visiter et liker la page Facebook/Instagram de Jeûne in Landes, c'est par ici >>>

  • Facebook Clean